• Job 1-3

    Chapitre 1

    1 Il y avait dans le pays d’Uts un homme dont le nom était Job ; et cet homme était parfait* et droit, craignant Dieu et se retirant du mal.
    2 Et il lui naquit sept fils et trois filles ;
    3 et il possédait sept mille brebis*, et trois mille chameaux, et cinq cents paires de bœufs, et cinq cents ânesses ; et [il avait] un très-grand nombre de serviteurs ; et cet homme était plus grand que tous les fils de l’orient.
    4 Et ses fils allaient et faisaient un festin, chacun dans [sa] maison, à son jour ; et ils envoyaient appeler leurs trois sœurs pour manger et pour boire avec eux.
    5 Et il arrivait que, quand les jours de festin étaient terminés, Job envoyait [vers eux] et les sanctifiait : il se levait de bonne heure le matin et offrait des holocaustes selon leur nombre à tous, car Job disait : Peut-être mes fils ont-ils péché et ont-ils maudit Dieu dans leurs cœurs. Job faisait toujours ainsi.
    6 Or, un* jour, il arriva que les fils de Dieu vinrent se présenter devant l’Éternel, et Satan** aussi vint au milieu d’eux.
    7 Et l’Éternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel et dit : De courir çà et là sur la terre et de m’y promener.
    8 Et l’Éternel dit à Satan : As-tu considéré mon serviteur Job, qu’il n’y a sur la terre aucun homme comme lui, parfait et droit, craignant Dieu, et se retirant du mal ?
    9 Et Satan répondit à l’Éternel et dit : Est-ce pour rien que Job craint Dieu ?
    10 Ne l’as-tu pas, toi, entouré de toutes parts d’une haie de protection, lui, et sa maison, et tout ce qui lui appartient ? Tu as béni le travail de ses mains, et tu as fait abonder son avoir sur la terre.
    11 Mais étends ta main et touche à tout ce qu’il a : [tu verras] s’il ne te maudit pas en face.
    12 Et l’Éternel dit à Satan : Voici, tout ce qu’il a est en ta main, seulement tu n’étendras pas ta main sur lui. Et Satan sortit de la présence de l’Éternel.
    13 Et, un jour, il arriva que ses fils et ses filles mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère premier-né ;
    14 et un messager vint à Job et dit : Les bœufs labouraient et les ânesses paissaient auprès d’eux,
    15 et ceux de Sheba sont tombés [sur eux] et les ont pris, et ils ont frappé les jeunes hommes par le tranchant de l’épée ; et j’ai échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
    16 Celui-ci parlait encore, qu’un autre vint et dit : Le feu de Dieu est tombé du ciel et a brûlé les brebis et les jeunes hommes, et les a consumés ; et j’ai échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
    17 Celui-ci parlait encore, qu’un autre vint et dit : Les Chaldéens ont formé trois bandes, et se sont jetés sur les chameaux et les ont pris, et ils ont frappé les jeunes hommes par le tranchant de l’épée ; et j’ai échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
    18 Celui-ci parlait encore, qu’un autre vint et dit : Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère premier-né,
    19 et voici, un grand vent est venu de delà le désert et a donné contre les quatre coins de la maison, et elle est tombée sur les jeunes gens et ils sont morts ; et j’ai échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
    20 Et Job se leva, et déchira sa robe, et rasa sa tête, et se jeta à terre et se prosterna.
    21 Et il dit : Nu je suis sorti du sein de ma mère, et nu j’y retournerai ; l’Éternel a donné, et l’Éternel a pris ; que le nom de l’Éternel soit béni !
    22 En tout cela Job ne pécha pas, et n’attribua rien à Dieu qui fût inconvenable*.

    Notes:
    — v. 1 : complet, à qui rien ne manque ; comparer 2 Sam. 22:24. — v. 3 : et chèvres. — v. 6* : litt. : le ; comparer 2 Rois 4:18. — v. 6** : litt. : le Satan, c’est-à-dire l’adversaire.
    — v. 22 : ou : et ne proféra rien d’inconvenant contre Dieu.

    ***

    Chapitre 2

    1 Or, un jour, il arriva que les fils de Dieu vinrent se présenter devant l’Éternel, et Satan aussi vint au milieu d’eux se présenter devant l’Éternel.
    2 Et l’Éternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel et dit : De courir çà et là sur la terre et de m’y promener.
    3 Et l’Éternel dit à Satan : As-tu considéré mon serviteur Job, qu’il n’y a sur la terre aucun homme comme lui, parfait et droit, craignant Dieu, et se retirant du mal ? Et encore il reste ferme dans sa perfection, alors que tu m’as incité contre lui pour l’engloutir sans cause.
    4 Et Satan répondit à l’Éternel et dit : Peau pour peau, et tout ce qu’un homme a, il le donnera pour sa vie ;
    5 mais étends ta main et touche à ses os et à sa chair : [tu verras] s’il ne te maudit pas en face.
    6 Et l’Éternel dit à Satan : Le voilà entre tes mains, seulement épargne sa vie.
    7 Et Satan sortit de la présence de l’Éternel ; et il frappa Job d’un ulcère malin, depuis la plante de ses pieds jusqu’au sommet de sa tête.
    8 Et il prit un tesson pour s’en gratter, et il était assis dans la cendre.
    9 Et sa femme lui dit : Restes-tu encore ferme dans ta perfection ? Maudis Dieu et meurs.
    10 Et il lui dit : Tu parles comme parlerait l’une des insensées ; nous avons reçu le bien aussi de la part de Dieu, et nous ne recevrions pas le mal ? En tout cela Job ne pécha point de ses lèvres.
    11 Et trois amis de Job apprirent tout ce mal qui lui était arrivé et vinrent chacun de son lieu, Éliphaz, le Thémanite, et Bildad, le Shukhite, et Tsophar, le Naamathite ; et ils s’entendirent ensemble pour venir le plaindre et le consoler.
    12 Et ils levèrent les yeux de loin, et ils ne le reconnurent pas ; et ils élevèrent leur voix et pleurèrent, et ils déchirèrent chacun sa robe et répandirent de la poussière sur leurs têtes [en la jetant] vers les cieux.
    13 Et ils s’assirent avec lui à terre sept jours et sept nuits, et nul ne lui dit une parole, car ils voyaient que sa douleur était très-grande.

    ***

    Chapitre 3

    1 Après cela, Job ouvrit sa bouche et maudit son jour.
    2 Et Job prit la parole et dit :
    3 Périsse le jour auquel je naquis, et la nuit qui dit : Un homme a été conçu !
    4 Ce jour-là, qu’il soit ténèbres ; que #Dieu* ne s’en enquière pas d’en haut, et que la lumière ne resplendisse pas sur lui !
    5 Que les ténèbres et l’ombre de la mort le réclament ; que les nuées demeurent sur lui ; que ce qui assombrit les jours le terrifie !
    6 Cette nuit-là, que l’obscurité s’en empare ; qu’elle ne se réjouisse point parmi les jours de l’année, qu’elle n’entre pas dans le nombre des mois !
    7 Voici, que cette nuit-là soit stérile ; que les cris de joie n’y entrent pas !
    8 Que ceux qui maudissent le jour la maudissent, ceux qui sont prêts à réveiller Léviathan !
    9 Que les étoiles de son crépuscule soient obscurcies ; qu’elle attende la lumière, et qu’il n’y en ait point, et qu’elle ne voie pas les cils de l’aurore !
    10 Parce qu’elle n’a pas fermé les portes du sein qui m’a porté*, et n’a pas caché la misère de devant mes yeux.
    *
    11 Pourquoi ne suis-je pas mort dès la matrice, n’ai-je pas expiré quand je sortis du ventre ?
    12 Pourquoi les genoux m’ont-ils rencontré, et pourquoi les mamelles, pour les téter ?
    13 Car maintenant je serais couché et je serais tranquille, je dormirais : alors j’aurais du repos,
    14 Avec les rois et les conseillers de la terre qui se bâtissent des solitudes*,
    15 Ou avec les princes qui ont de l’or, qui ont rempli d’argent leurs maisons ;
    16 Ou, comme un avorton caché, je n’aurais pas été, — comme les petits enfants qui n’ont pas vu la lumière.
    17 Là, les méchants ont cessé leur tumulte, et là ceux dont les forces sont épuisées par la fatigue sont en repos ;
    18 Les prisonniers demeurent ensemble tranquilles, ils n’entendent pas la voix de l’exacteur ;
    19 Là sont le petit et le grand, et le serviteur libéré de son maître.
    *
    20 Pourquoi la lumière est-elle donnée au misérable, et la vie à ceux qui ont l’amertume dans l’âme,
    21 À ceux qui attendent la mort, et elle n’est pas là, — qui la cherchent plus que des trésors cachés,
    22 Qui se réjouissent jusqu’aux transports [et] sont dans l’allégresse, parce qu’ils* ont trouvé le sépulcre, —
    23 À l’homme de qui le chemin est caché et que #Dieu a enfermé de toutes parts ?
    24 Car mon gémissement vient avant mon pain, et mes rugissements débordent comme des eaux.
    25 Car j’ai eu une crainte, et elle est venue sur moi, et ce que j’appréhendais m’est arrivé.
    26 Je n’étais pas en sécurité, et je n’étais pas tranquille ni en repos, et le trouble est venu.

    Notes:
    — v. 4 : hébreu : Éloah ; voir note à Deut. 32:15. — v. 10 : litt. : de mon sein. — v. 14 : ou : qui rebâtissent des édifices ruinés. — v. 22 : ou : lorsqu’ils.

    ***

    La Bonne Semence : 

    « Esther 6-10Job 4-7 »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :