• Chapitre 1

    1 Et il arriva, dans les jours où les juges jugeaient, qu’il y eut une famine dans le pays ; et
    un homme s’en alla de Bethléhem de Juda*, pour séjourner aux champs de Moab, lui et
    sa femme et ses deux fils.
    2 Et le nom de l’homme était Élimélec, et le nom de sa femme, Naomi ; et les noms de ses
    deux fils, Makhlon et Kilion, Éphratiens, de Bethléhem de Juda ; et ils vinrent aux champs
    de Moab, et ils demeurèrent* là.
    3 Et Élimélec, mari de Naomi, mourut ; et elle resta avec ses deux fils.
    4 Et ils prirent des femmes moabites : le nom de l’une était Orpa, et le nom de la seconde,
    Ruth ; et ils habitèrent là environ dix ans.
    5 Et Makhlon et Kilion, eux deux aussi, moururent ; et la femme resta, [privée] de ses deux
    enfants et de son mari.
    6 Et elle se leva, elle et ses belles-filles, et s’en revint des champs de Moab ; car elle avait
    entendu dire, au pays de Moab, que l’Éternel avait visité son peuple pour leur donner du
    pain.
    7 Et elle partit du lieu où elle était, et ses deux belles-filles avec elle ; et elles se mirent en
    chemin pour retourner dans le pays de Juda.
    8 Et Naomi dit à ses deux belles-filles : Allez, retournez chacune dans la maison de sa
    mère. Que l’Éternel use de bonté envers vous, comme vous avez fait envers les morts et
    envers moi !
    9 L’Éternel vous donne de trouver du repos, chacune dans la maison de son mari ! Et elle
    les baisa ; et elles élevèrent leur voix et pleurèrent.
    10 Et elles lui dirent : [Non], mais nous retournerons avec toi vers ton peuple.
    11 Et Naomi dit : Retournez, mes filles ; pourquoi iriez-vous avec moi ? Ai-je encore des
    fils dans mon sein, de sorte qu’ils soient vos maris ?
    12 Retournez, mes filles, allez ; car je suis trop vieille pour être à un mari ; si je disais que
    j’en ai l’espérance, quand cette nuit même je serais à un mari, et que même j’enfanterais
    des fils :
    13 attendriez-vous pour cela jusqu’à ce qu’ils fussent grands ? Resteriez-vous pour cela
    sans être à un mari ? Non, mes filles ; car je suis dans une plus grande amertume que
    vous, car la main de l’Éternel s’est étendue* contre moi.
    14 Et elles élevèrent leur voix, et pleurèrent encore ; et Orpa baisa sa belle-mère, mais
    Ruth s’attacha à elle.
    15 Et [Naomi] dit : Voici, ta belle-soeur est retournée vers son peuple et vers ses dieux ;
    retourne-t’en après ta belle-soeur.
    16 Et Ruth dit : Ne me prie pas de te laisser, pour que je m’en retourne d’avec toi ; car où
    tu iras, j’irai, et où tu demeureras, je demeurerai : ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu
    sera mon Dieu.
    17 Là, où tu mourras, je mourrai et j’y serai enterrée. Ainsi me fasse l’Éternel, et ainsi il y
    ajoute, si la mort [seule] ne me sépare de toi !
    18 Et [Naomi] vit qu’elle était résolue d’aller avec elle, et elle cessa de lui parler.
    19 Et elles marchèrent les deux jusqu’à ce qu’elles arrivèrent à Bethléhem. Et il arriva que,
    comme elles entraient dans Bethléhem, toute la ville s’émut à leur sujet ; et les [femmes]
    disaient : Est-ce là Naomi ?
    20 Et elle leur dit : Ne m’appelez pas Naomi*, appelez-moi Mara** ; car le Tout-Puissant
    m’a remplie d’amertume.
    21 Je m’en allai comblée, et l’Éternel me ramène à vide. Pourquoi m’appelez-vous Naomi,
    quand l’Éternel m’a abattue, et que le Tout-puissant m’a affligée ?
    22 Ainsi Naomi revint, et avec elle Ruth, la Moabite, sa belle-fille, qui était venue des
    champs de Moab ; et elles vinrent à Bethléhem, au commencement de la moisson des
    orges. *

    Notes :
    — v. 1 : ou : un homme de Bethléhem de Juda s’en alla. — v. 2 : litt.: furent.
    — v. 13 : litt.: est sortie. — v. 20* : mes délices. — v. 20** : amère.
    — v. 22 : date : A.C. 1300, environ.

    ***

    Chapitre 2

    1 Et Naomi avait un ami de son mari, homme puissant [et] riche, de la famille d’Élimélec,
    et son nom était Boaz.
    2 Et Ruth, la Moabite, dit à Naomi : Je te prie, j’irai aux champs, et je glanerai parmi les
    épis, à la suite de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Et elle lui dit : Va, ma fille.
    3 Et elle s’en alla, et entra, et glana dans un champ après les moissonneurs ; et il se
    rencontra fortuitement que c’était la portion de champ de Boaz, qui était de la famille
    d’Élimélec.
    4 Et voici, Boaz vint de Bethléhem ; et il dit aux moissonneurs : L’Éternel soit avec vous !
    Et ils lui dirent : L’Éternel te bénisse !
    5 Et Boaz dit à son serviteur* qui était établi sur les moissonneurs : À qui est cette jeune
    femme ?
    6 Et le serviteur qui était établi sur les moissonneurs répondit et dit : C’est la jeune
    Moabite qui est revenue avec Naomi des champs de Moab ;
    7 et elle [nous] a dit : Permettez que je glane et que je ramasse entre les gerbes, après les
    moissonneurs. Et elle est venue, et est demeurée depuis le matin jusqu’à cette heure ; ce
    qu’elle a été assise dans la maison est peu de chose.
    8 Et Boaz dit à Ruth : Tu entends, n’est-ce pas, ma fille ? ne va pas glaner dans un autre
    champ, et ne t’en va pas non plus d’ici, mais tiens-toi ici auprès de mes jeunes filles.
    9 Aie les yeux sur le champ qu’on moissonne, et va après elles. N’ai-je pas commandé
    aux jeunes hommes de ne pas te toucher ? Et si tu as soif, tu iras aux vases, et tu boiras
    de ce que puisent les jeunes hommes.
    10 Et elle tomba sur sa face, et se prosterna contre terre, et lui dit : Pourquoi ai-je trouvé
    grâce à tes yeux, que tu me reconnaisses, et je suis une étrangère ?
    11 Et Boaz répondit et lui dit : Tout ce que tu as fait pour ta belle-mère après la mort de ton
    mari, m’a été rapporté, et comment tu as quitté ton père et ta mère, et le pays de ta
    naissance, et tu es venue vers un peuple que tu ne connaissais pas auparavant.
    12 Que l’Éternel récompense ton oeuvre, et que ton salaire soit entier de la part de
    l’Éternel, le Dieu d’Israël, sous les ailes duquel tu es venue t’abriter !
    13 Et elle dit : Mon seigneur, que je trouve grâce à tes yeux ! car tu m’as consolée, et tu as
    parlé au coeur de ta servante, et pourtant je ne suis pas comme une de tes servantes.
    14 Et, au temps du repas, Boaz lui dit : Approche-toi ici, et mange du pain, et trempe ton
    morceau dans le vinaigre. Et elle s’assit à côté des moissonneurs, et il lui tendit du grain
    rôti ; et elle mangea, et fut rassasiée, et en laissa de reste.
    15 Et elle se leva pour glaner ; et Boaz commanda à ses jeunes hommes, disant : Qu’elle
    glane même entre les gerbes, et ne lui en faites pas de reproche ;
    16 et vous tirerez* aussi pour elle [quelques épis] des poignées**, et vous les laisserez ; et
    elle les glanera, et vous ne l’en reprendrez pas.
    17 Et elle glana dans le champ jusqu’au soir, et elle battit ce qu’elle avait glané, et il y eut
    environ un épha d’orge.
    18 Et elle le chargea [sur elle], et vint à la ville ; et sa belle-mère vit ce qu’elle avait glané.
    Et elle sortit ce qu’elle avait laissé de reste après avoir été rassasiée, et le lui donna.
    19 Et sa belle-mère lui dit : Où as-tu glané aujourd’hui, et où as-tu travaillé ? Béni soit celui
    qui t’a reconnue ! Et elle raconta à sa belle-mère chez qui elle avait travaillé, et dit : Le
    nom de l’homme chez qui j’ai travaillé aujourd’hui est Boaz.
    20 Et Naomi dit à sa belle-fille : Béni soit-il de l’Éternel, qui n’a pas discontinué sa bonté
    envers les vivants et envers les morts ! Et Naomi lui dit : L’homme nous est proche parent,
    il est de ceux qui ont sur nous le droit de rachat.
    21 Et Ruth, la Moabite, dit : Même il m’a dit : Tiens-toi près de mes jeunes hommes
    jusqu’à ce qu’ils aient achevé toute la moisson que j’ai.
    22 Et Naomi dit à Ruth, sa belle-fille : Il est bon, ma fille, que tu sortes avec ses jeunes
    filles, et qu’on ne te rencontre pas dans un autre champ.
    23 Et elle se tint auprès des jeunes filles de Boaz, pour glaner, jusqu’à ce que la moisson
    des orges et la moisson des froments fût achevée ; et elle habitait avec sa belle-mère.

    Notes :
    — v. 5 : ou : jeune homme, ici et verset 6 ; comme Juges 19:3, 9.
    — v. 16* : selon quelques-uns : laisserez tomber. — v. 16** : ou : gerbes ; le mot ne se trouve qu’ici.

    ***

    Chapitre 3

    1 Et Naomi, sa belle-mère, lui dit : Ma fille, ne te chercherai-je pas du repos, afin que tu
    sois heureuse ?
    2 Et maintenant, Boaz, avec les jeunes filles duquel tu as été, n’est-il pas de nos amis ?
    Voici, il vanne cette nuit les orges dans l’aire.
    3 Lave-toi donc, et oins-toi, et mets sur toi tes habits, et descends dans l’aire ; ne te fais
    pas connaître à l’homme, jusqu’à ce qu’il ait achevé de manger et de boire.
    4 Et lorsqu’il se couchera, alors tu remarqueras le lieu où il se couche, et tu entreras, et tu
    découvriras ses pieds, et tu te coucheras ; et lui, te fera connaître ce que tu auras à faire.
    5 Et elle lui dit : Tout ce que tu as dit, je le ferai.
    6 Et elle descendit à l’aire, et fit selon tout ce que sa belle-mère lui avait commandé.
    7 Et Boaz mangea et but, et son coeur devint gai, et il alla se coucher au bout du tas des
    gerbes. Et elle vint tout doucement, et découvrit ses pieds, et se coucha.
    8 Et il arriva au milieu de la nuit, que l’homme eut peur et se tourna ; et voici, une femme
    était couchée à ses pieds.
    9 Et il dit : Qui es-tu ? Et elle dit : Je suis Ruth, ta servante ; et étends ton aile sur ta
    servante, car tu as le droit de rachat.
    10 Et il dit : Bénie sois-tu de l’Éternel, ma fille ! Tu as montré plus de bonté à la fin qu’au
    commencement, en ce que tu n’es pas allée après les jeunes hommes, pauvres ou riches.
    11 Et maintenant, ma fille, ne crains pas ; tout ce que tu [me] dis, je le ferai pour toi ; car
    toute la porte de mon peuple sait que tu es une femme vertueuse.
    12 Et maintenant, il est bien vrai que j’ai le droit de rachat, toutefois il y en a un qui a le
    droit de rachat, [et qui est] plus proche que moi.
    13 Passe [ici] la nuit ; et s’il arrive que, le matin, il veuille te racheter, c’est bien ! qu’il le
    fasse ; et s’il ne lui plaît pas de te racheter, l’Éternel est vivant que je le ferai, moi ! Reste
    couchée jusqu’au matin.
    14 Et elle resta couchée là à ses pieds jusqu’au matin ; et elle se leva avant qu’on pût se
    reconnaître l’un l’autre. Et il dit : Qu’on ne sache pas qu’une femme est venue dans l’aire.
    15 Et il [lui] dit : Donne le manteau qui est sur toi, et tiens-le. Et elle le tint, et il mesura six
    [mesures] d’orge, et les mit sur elle ; et il* entra dans la ville.
    16 Et elle vint vers sa belle-mère ; et celle-ci dit : Qui es-tu, ma fille ? Et elle lui raconta
    tout ce que l’homme avait fait pour elle ;
    17 et elle dit : Il m’a donné ces six [mesures] d’orge ; car il m’a dit : Tu n’iras pas à vide
    vers ta belle-mère.
    18 Et [Naomi] dit : Demeure, ma fille, jusqu’à ce que tu saches comment l’affaire tournera ;
    car l’homme n’aura pas de repos qu’il n’ait terminé l’affaire aujourd’hui.

    Notes :
    — v. 15 : quelques-uns lisent : elle.

    ***

    Chapitre 4

    1 Et Boaz monta à la porte, et s’assit là. Et voici, celui qui avait le droit de rachat, [et] dont
    Boaz avait parlé, vint à passer ; et il dit : Toi, un tel, détourne-toi, assieds-toi ici. Et il se
    détourna et s’assit.
    2 Et [Boaz] prit dix hommes des anciens de la ville, et dit : Asseyez-vous ici. Et ils
    s’assirent.
    3 Et il dit à celui qui avait le droit de rachat : Naomi, qui est revenue des champs de Moab,
    vend la pièce de terre* qui était à notre frère Élimélec.
    4 Et moi, je me suis dit : Je t’en informerai*, et je te dirai : Achète-la en la présence des
    habitants et en la présence des anciens de mon peuple. Si tu veux racheter, rachète ; et si
    tu ne veux pas racheter, déclare-le-moi, afin que je le sache ; car il n’y a personne que toi
    pour racheter, et moi je suis après toi.
    5 Et il dit : Je rachèterai. Et Boaz dit : Au jour que tu achèteras le champ de la main de
    Naomi, tu l’achèteras aussi de Ruth, la Moabite, femme du défunt, pour relever le nom du
    défunt sur son héritage.
    6 Et celui qui avait le droit de rachat dit : Je ne puis pas le racheter pour moi, de peur que
    je ne ruine mon héritage ; use, toi, de mon droit de rachat, car je ne puis racheter.
    7 Or c’était jadis [une coutume] en Israël, en cas de rachat et d’échange, que, pour
    confirmer toute affaire, l’un ôtait sa sandale et la donnait à l’autre ; c’était là une coutume*
    en Israël.
    8 Et celui qui avait le droit de rachat dit à Boaz : Achète pour toi ; et il ôta sa sandale.
    9 Et Boaz dit aux anciens et à tout le peuple : Vous êtes aujourd’hui témoins que j’ai
    acheté de la main de Naomi tout ce qui était à Élimélec, et tout ce qui était à Kilion et à
    Makhlon ;
    10 et aussi que je me suis acquis pour femme Ruth, la Moabite, la femme de Makhlon,
    pour relever le nom du défunt sur son héritage, afin que le nom du défunt ne soit pas
    retranché d’entre ses frères et de la porte de son lieu : vous en êtes témoins aujourd’hui !
    11 Et tout le peuple qui était à la porte, et les anciens, dirent : [Nous en sommes] témoins.
    Fasse l’Éternel que la femme qui entre dans ta maison soit comme Rachel, et comme Léa,
    qui toutes deux ont bâti la maison d’Israël ! Et deviens puissant dans Éphrata, et fais-toi un
    nom dans Bethléhem !
    12 Et que, de la postérité* que l’Éternel te donnera de cette jeune femme, ta maison soit
    comme la maison de Pérets, que Tamar enfanta à Juda !
    13 Et Boaz prit Ruth, et elle fut sa femme ; et il vint vers elle ; et l’Éternel lui donna de
    concevoir, et elle enfanta un fils.
    14 Et les femmes dirent à Naomi : Béni soit l’Éternel, qui ne t’a pas laissé manquer
    aujourd’hui d’un homme* qui ait le droit de rachat ! et que son nom soit nommé en Israël.
    15 Et il sera pour toi un restaurateur de ton âme, et un soutien de ta vieillesse ! Car ta
    belle-fille qui t’aime, l’a enfanté, elle qui vaut mieux pour toi que sept fils.
    16 Et Naomi prit l’enfant, et le mit dans son sein, et elle lui tint lieu de nourrice.
    17 Et les voisines lui donnèrent un nom, disant : Un fils est né à Naomi ! Et elles
    l’appelèrent du nom d’Obed*. Ce fut le père d’Isaï, père de David.
    18 Et ce sont ici les générations de Pérets : Pérets engendra Hetsron ;
    19 et Hetsron engendra Ram ; et Ram engendra Amminadab ;
    20 et Amminadab engendra Nakhshon ; et Nakhshon engendra Salma ;
    21 et Salmon engendra Boaz ; et Boaz engendra Obed ;
    22 et Obed engendra Isaï ; et Isaï engendra David.

    Notes :
    — v. 3 : ailleurs : portion de champ. — v. 4 : informer, avertir, litt.: découvrir l’oreille de.
    — v. 7 : litt.: témoignage, attestation. — v. 12 : litt.: semence.
    — v. 14 : se rapporte au fils de Ruth. — v. 17 : qui sert.

    ***

    La Bonne Semence : Réponse immédiate

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique